Emploi : l’Entretien

Sur le web, vous trouverez de nombreux conseils relatifs à l’entretien de recrutement, ce qu’il faut dire et ne pas dire, la posture, la voix…

En effet, il est nécessaire d’être nuancé car il existe autant de conseils que de recruteurs, alors soyons prudents avec les mots car nous risquons de décourager nos candidats inutilement.

LCE-self-confidenceSi vous cherchez un emploi, ayez bien en tête que vous ne pouvez pas deviner le profil du candidat idéal, doux mélange entre compétences, savoir-être et personnalité.

A partir de ce constat, il est peu efficace de chercher à jouer un rôle. Soyez-vous même : vous êtes forcément le candidat idéal de votre futur employeur !


J’ai moi-même passé 37 entretiens en 2 ans (j’ai reçu de précieux conseils de consultants en recrutement) et j’ai longtemps recruté. Au travers de ce blog, je voudrais partager avec vous mon expérience.

Bien entendu, n’oubliez pas que ces informations restent génériques et qu’il est préférable d’être accompagné par un professionnel (il existe plusieurs types d’entretiens, divers profils de recruteurs et autant d’entreprises avec leurs codes, leurs us et coutumes, leurs valeurs…).

Une caractéristique perçue comme un avantage dans une société orientée « ingénieurs » apparaîtra sans doute comme un point faible pour le patron d’une start-up innovante et créative, à méditer, en lisant ces informations.


L’état d’esprit

J’en ai déjà parlé mais avant toute chose, réussir un entretien passe par un « bon » état d’esprit. Partez du principe qu’il s’agit d’une réunion de travail pendant laquelle vous arrivez avec vos compétences, votre projet professionnel.

Mettez-vous dans la peau d’un apporteur de projet et non d’un demandeur. Votre langage verbal et votre attitude en seront naturellement améliorés sans même que vous y pensiez.

Il ne s’agit pas d’une vague méthode Coué mais d’une réalité professionnelle : si vous êtes là c’est que vous êtes recherché !

 

L’attitude et le langage
Sobre, agréable, calme, ne parlez pas trop vite car votre interlocuteur découvre votre parcours, laissez-lui le temps de prendre des notes, ne le stressez pas.

LCE-job interviewRegardez votre interlocuteur sans le fixer constamment (signe de défi !), faites des « pauses » en prenant des notes vous-même.

Prenez des notes effectivement, pour montrer votre intérêt pour les propos de votre interlocuteur, de son cabinet et bien entendu pour l’entreprise. Un manque d’écoute ou d’attention est rédhibitoire.

Posez des questions sur l’entreprise, le poste, l’évolution, essayez de corréler avec l’actualité (la société a t-elle été présente lors du salon X ? a-t-elle reçu un prix ?)


Les motivations
Bien entendu, ne citez pas le salaire en motivation première mais ne l’oubliez pas car c’est une façon d’exprimer ce que vous valez sur le marché et comment vous vous évaluez sur le marché parmi vos « concurrents ».

Par ailleurs, on vous demande vos prétentions à la fin de l’entretien.

En revanche, le besoin d’évoluer ou de changer de secteur est une motivation naturelle, légitime et confirmera votre capacité à vous projeter déjà dans votre futur poste. Elle prouve également que vous avez bien réfléchi à votre projet professionnel.

 

Votre dernier employeur
La règle, mais vous le savez déjà, est de ne pas vous exprimer en termes négatifs vis-à-vis de vos derniers employeurs.

Mais si vous êtes là, c’est que soit vous avez quitté votre dernier poste, soit vous cherchez à le faire.

C’est à mon sens la partie la plus difficile de l’entretien. Mon conseil : être authentique et trouver les mots pour indiquer que vous aspirez à partir.

La pire des choses est de tenir des propos critiques (entreprise, collègue, hiérarchie), de ne pas avoir préparé de réponse, d’être arrogant, menteur ou de paraître déstabilisé.

N’oubliez pas que, même si la démarche n’est pas obligatoire, à un moment donné du processus de recrutement, on vous demande des références (parfois jusqu’aux 3 précédents employeurs). Même avec élégance et professionnalisme, il est difficile de refuser car cela paraitra suspect et que d’autres candidats donneront leurs références.

Voici un cas « vécu » qui pourra vous inspirer : un changement de stratégie peut justifier un besoin d’évolution. Par exemple, vous gérez « les produits sucrés » mais l’entreprise décide de miser sur le portefeuille de « produits salés ». Votre poste va perdre de son envergure mais comme vous êtes attaché aux valeurs de l’entreprise, vous demandez à évoluer en interne. Néanmoins, cette mutation prend du temps ou n’est pas envisageable car l’entreprise investit dans cette « révolution produits ».

Dans ces conditions, un recruteur comprendra tout à fait votre recherche en externe.

Voilà pour l’information du jour inspirée d’échanges sur le réseau professionnel Linkedin. Pour ceux qui me découvrent, sachez que je ne suis ni coach ni recruteur mais ancien manager, professionnel du marketing et aujourd’hui accompagnatrice orientée résultats. J’ai recruté, formé et passé de nombreux entretiens moi-même, avant de choisir mon vrai projet professionnel.

LCE-phoneMon but est de vous aider à réaliser le vôtre, que vous soyez à la recherche d’un nouvel emploi, en reconversion ou créateur de votre emploi en montant votre entreprise.

Lorsque je suis plongée dans la carrière de l’un de mes accompagnés, je travaille hors ligne mais vous pouvez réserver votre premier entretien gratuit !

A bientôt et bon courage à vous tous !

Auteur : Léa Riposa.
Publié le 7 avril 2015.
Mis à jour le 30 octobre 2015.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces HTML balises et attributs :

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> 

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.