Emploi : Vos résolutions 2016

LCE-christmasLa fin 2015 approche, et comme chaque année, c’est l’heure des bilans et pour bon nombre de candidats c’est l’heure de la réflexion.

Je suis persuadée que derrière chaque TPE ou PME se cache une grande marque qui s’ignore. De la même façon, je considère chacun de mes clients-candidats comme des compétences que je dois aider à « se marketer » sur un marché très concurrentiel. Comment ? Je recherche le meilleur en eux pour les rendre « employable ».

Avant de vous retrouver en janvier, je vous propose ces 10 résolutions pour 2016 !

1. Je reprends confiance en moi
Plus facile à dire qu’à faire, surtout lorsqu’on est au chômage ! Alors je vous invite à prendre du recul et à lire attentivement ce qui suit.

Vous ne sortez pas de nulle part n’est-ce pas ? Si vous avez été choisi et sélectionné à un moment donné, c’est bien parce que vous avez des compétences, un savoir-faire alors il n’y aucune raison pour que vous restiez inactif très longtemps. Même chose si vous avez déjà quelques années d’études à votre actif et n’avez pas encore fait votre entrée sur le marché du travail. Allez ressaisissez-vous et passer au point 2 !


2 Je me fais confiance (oui j’insiste !)

LCE-self-confidence« Avec les diplômes que vous avez et à l’âge que vous avez… » Sous-entendu, vous ne retrouverez plus jamais de travail ou alors ce sera très difficile. C’est ce que m’a dit une responsable des ressources humaines alors que je n’avais que 39 ans !

Ce n’est pas facile à entendre mais j’ai pris du recul et j’ai réalisé qu’il y avait sans doute un petit problème d’égo. Je lui signifiais que je n’étais pas épanouie, que je voulais évoluer dans le groupe mais puisqu’elle n’avait rien à me proposer, j’allais commencer à chercher ailleurs…

Si j’ai mis du temps à retrouver ce n’est pas en raison de mon diplôme ni à cause de mon âge, c’est tout simplement que cet entretien a eu lieu à quelques semaines de la première crise financière de 2008. Un cabinet de recrutement m’a même conseillé de faire une pause car tous les investissements et postes étaient gelés jusqu’à nouvel ordre.

Entre le début de mes nouvelles recherches et l’obtention d’une promotion dans un autre groupe, il s’est passé 8 mois pendant lesquels j’ai envoyé 1 à 2 CV par jour, toujours bien ciblés.

Alors, vous vous sentez mieux ?


3 Je m’entoure des bonnes personnes

LCE-leadershipSi cela a marché pour moi, pourquoi cela ne fonctionnerait-il pas pour vous ? Il y a les outils de recherche, qui sont toujours perfectibles, mais il y a aussi l’état d’esprit. Si vous écoutez les uns et les autres, en général des non professionnels, vous n’irez pas bien loin car ces personnes vous tirent vers le bas.

Là encore, prenez du recul et posez-vous les bonnes questions : qui sont-ils ? quelle est leur légitimité pour vous donner des conseils ? quel est leur parcours ? ont-ils un réseau ?

Le marché de l’emploi, comme celui de la souffrance, est une manne pour de nombreux acteurs mais n’oubliez pas que le partage d’expérience et l’accompagnement ne constituent pas des conseils, qui sont du ressorts de professionnels.


4 Je définis mon projet

Vous allez mieux ? C’est bien, cela veut dire que vous êtes au top pour écrire la liste de vos envies professionnelles noir sur blanc.

Toutes ces envies vont servir de fondations à votre projet professionnel qu’il va falloir identifier et définir, avant de mettre en place un plan d’attaque. Ces envies peuvent aussi démarrer par ce que vous ne voulez plus vivre….


5 Je ne m’enferme pas sur les forums

Mes prestations comprennent aussi un volet digital : sur quel réseau apparaitre ? comment m’exprimer ? etc

Les réseaux sociaux doivent être utilisés avec modération et dans le cadre d’une stratégie car n’oubliez pas que les recruteurs et les entreprises, ont aussi accès à ces discussions et autant d’échanges qui en disent long sur un état d’esprit parfois peu engageant.

Qui a envie de recevoir en entretien un candidat qui semble avoir baissé les bras ou qui au contraire parait arrogant et critique envers les cabinets de recrutement ou les entreprises qui ne les rappellent jamais ?

À méditer ….


6 Je cultive mon réseau

LCE-libraryLe vrai réseau c’est surtout dans la vraie vie et ne me dites pas que vous n’en avez pas, on en a tous un.

Que fait votre meilleur ami, votre voisin ? Qu’est devenu votre ancien patron ? Les avez-vous sollicités pour parler de votre projet professionnel ? Connaissent-ils des entreprises qui auraient des besoins, un copain entrepreneur qui pourrait vous accorder un entretien ?

Ne négligez pas les ateliers divers, les conférences, les invitations, les salons ciblés sur lesquels vous allez échanger avec des employeurs potentiels, sans oublier les ateliers de formations.


7 Je me forme

Une période de chômage peut être une occasion de régénération des savoirs.

Vous avez défini votre projet, avez-vous aussi défini vos compétences perfectibles (en anglais souvent) ou à acquérir (je pense aux formations du web) ou celles indispensables à votre métier (SAP si vous visez un poste de comptable, WEB si vous êtes un marketer en herbe) ?

Alors qu’attendez-vous ? Pôle emploi saura vous aiguiller sur les financements et prise en charge.


8 Je lis et me cultive

Vous pouvez lire et vous cultiver sur le web en vous connectant à des revues en lien avec votre projet professionnel ou pas d’ailleurs.

Mais tout ne se passe pas par le web, laissez-vous tenter par la presse écrite, vous allez, au détour d’une page, découvrir une annonce ou un article qui vont vous donner des idées.

LCE-EntreprendreWeb ou presse, je vous donne quelques exemples d’opportunités :
– sur le compte twitter du magazine Entreprendre (@_Entreprendre), vous verrez de nombreux tweets relatifs aux entreprises qui se développent et qui par conséquent, auront besoin de nouvelles ressources,

le magazine Télérama offre de nombreuses sources pour les candidats qui recherchent du côté des arts mais aussi de la science ou des médias.


9 Je me détends

Ces moments de lecture ne sont pas une perte de temps loin de là car vous allez vous détendre et faire des pauses sans culpabiliser car au détour d’une page ou d’un clic, va surgir l’idée lumineuse d’une candidature spontanée !

J’ai découvert l’un de mes (j’espère futur) partenaires « emploi » en écoutant David Abiker sur Europe 1 le dimanche matin. Je lui ai écrit une lettre transmise par voie postale que son assistante a placée en haut de la pile. J’ai été claire sur mon objectif et sur l’intérêt d’un rapprochement ou au moins d’un premier échange. Je le rencontre le 5 janvier…
Et vous, qui avez-vous envie de contacter ?


10 Je fais confiance aux professionnels

Votre recherche piétine alors que vous avez un beau parcours ? Alors quelque chose ne fonctionne pas dans votre méthodologie, dans votre approche.

LCE-onNe restez pas trop longtemps dans cette situation et laissez-vous guider par un professionnel, moi ou un autre mais je parle là de professionnels de l’entreprise.

Si vous voulez débuter le premier jour de votre nouvelle vie professionnelle avec moi, sachez que je suis à l’écoute, bienveillante mais peu consensuelle.

Au moins je vous aurais prévenu ! Si vous êtes toujours partant, n’hésitez pas à prendre rendez-vous sur le site pour un premier entretien gratuit afin de décider si nous allons faire un bout de chemin ensemble.

En attendant, je vous souhaite de très belles fêtes de fin d’année et vous invite à cliquer sur ce lien qui peut vous intéresser.

Auteur : Léa Riposa.
Publié le 21 décembre 2015.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces HTML balises et attributs :

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>