La dimension 1 de la marque candidat

J’ai lancé la marque candidat après quelques années d’observation des cadres. Mais pas que !

J’ai beaucoup appris des recruteurs. Je n’hésitais pas à les interroger sur l’intérêt de mon profil. Surtout, elle m’a été inspirée par mes premières années de conseil auprès des cadres et des dirigeants d’entreprises.

J’ai déterminé 5 dimensions dans la marque candidat, voici la première.

La dimension 1 de la marque candidat
Le candidat lui même ! Une sorte de première loi de la marque personnelle…

Un candidat, c’est avant tout un homme, une femme avec son histoire personnelle. Une région d’origine, une langue maternelle, ou une passion qui date de l’enfance. Je n’en dis pas plus mais il me vient à l’esprit des « ingrédients » qui pourraient passer pour de la discrimination positive (et que j’utilise avec mes clients).

Pourtant, la plupart de ces éléments de l’histoire personnelle sont passés sous silence alors que ce sont des leviers de singularité dans un environnement concurrentiel. Et ce malgré les chiffres favorables de l’emploi des cadres dès 2018.

 

La base de votre story telling
Les entreprises parlent d’expérience candidat pour attirer de nouveaux collaborateurs…

Côté candidat, j’invite à changer d’état d’esprit et à exploiter chaque élément de l’histoire personnelle pour attirer les employeurs. Il reviendra au recruteur à comprendre quel profil et quel tempérament vous êtes.

Votre récit authentique bien sur, devra évoluer tout au long du parcours professionnel. Après 20 ans de carrière, vous ne décrivez pas en détail votre baccalauréat. Néanmoins, il est possible d’utiliser ces éléments dans le CV, la lettre et sur votre profil numérique dès lors que cela fait écho à une caractéristique recherchée.

Exemple le plus courant : la connaissance d’une culture particulière, très recherchés à l’export. L’exemple est facile mais il permet d’exposer sa thèse.

Et comment cela se traduit-il en terme de slogan … de vous-même ? Exemple issue de la presse féminine business… « 30 ans, jolie brune hyperactive, polyglotte et slasheuse ».

Je ne vous donnerai pas le nom de cette femme entrepreneur (peut-être retrouverez-vous l’article). J’avoue être plus « pudique » dans mes propositions de marques personnelles mais une fois encore, cela vous permet d’imaginer le parcours de cette ancienne responsable de communication digitale.

 

En attendant de vous parler de la dimension 2, n’hésitez pas à me contacter en toute confidentialité sur le site pour un premier entretien à titre gracieux. Il me permettra de mieux comprendre votre situation et de vous donner un premier éclairage.

 

Auteur : Léa Riposa
Billet du 3 décembre 2018.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces HTML balises et attributs :

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>