Opportunités et réseaux

L’année 2018 approche et je voulais absolument la terminer en beauté !

Après un billet sur les perspectives 2018, voici un article tout aussi prometteur d’opportunités !

Chère Marie-Anne, nous nous sommes rencontrées grâce à une réunion réseau, nous nous suivons sur les réseaux sociaux, alors j’ai très envie de vous donner la parole pour nous parler de votre expérience réseau.

L’occasion peut-être de quelques opportunités pour nos lecteurs…


LCE : Bonjour Marie-Anne, pouvez-vous nous dire un mot sur vous ?
Marie-Anne Coste-Devigne. : Chère Léa, je vous remercie infiniment de m’offrir cette possibilité de partager mon expérience.

Je suis comme vous, une femme de marketing et de communication, ayant collaboré pendant plus de 30 ans dans des univers différents, de l’entreprise au secteur associatif, auprès de patrons qui ont eu la qualité exceptionnelle de prendre le temps de répondre à mes questions, d’où le fait que je vais sans doute facilement vers les autres.

Et puis avec le temps, je me suis aperçue que la mise en œuvre de mes valeurs dans mon travail était indispensable. J’ai ainsi pris conscience que j’étais vraiment une femme d’actions, ayant besoin de liberté pour atteindre mes objectifs.

Je suis donc maintenant entrepreneur dans un secteur en forte croissance. Je développe non seulement un réseau de consommateurs, mais surtout un réseau de distributeurs indépendants, sur un mode de travail collaboratif, sans relations hiérarchiques.

Le réseau est une seconde nature chez moi, tout simplement, parce que je suis curieuse des choses, des gens et que j’adore apprendre et que cela me permet d’avancer dans mon quotidien professionnel.


LCE : Il est rare de rencontrer une professionnelle aussi impliquée dans les réseaux business, est-ce indispensable pour décrocher des opportunités ou y-t-il d’autres motivations 
?
M.-A C.-D. : Je ne sais pas si je suis très impliquée, mais il est une évidence : on est tous interdépendants. Le monde va tellement vite qu’il faut être ouvert, curieux, pour avoir sa propre analyse et compréhension des enjeux économiques.

Les affaires se sont toujours faites par le réseau. Je l’ai vu lorsque j’étais dans l’industrie, secteur d’activité dans lequel j’ai commencé dans ma vie professionnelle. C’est ce que vous êtes qui donne envie de travailler avec vous. Mais pour recevoir, il faut aussi d’abord savoir donner, c’est-à-dire partager des expériences, des bonnes pratiques, le carnet d’adresses. Et puis, il faut y prendre du plaisir.

Donc pour répondre à votre question sur les motivations, je dirai que ce qui compte le plus, c’est, à mon échelle, d’être acteur du changement. C’est-à-dire contribuer à recréer du circuit économique afin que chacun ait sa chance dans un monde en profondes mutations.


LCE : Je lis sur certains forums de nombreux cadres affirmer que lorsque l’on est au chômage, on n’a plus de réseau, quel est votre avis ?
M.-A C.-D. : Faire du réseau ne doit pas être exclusivement à des fins professionnelles. Il ouvre le champ des possibles et est un exercice quotidien. Un réseau, cela s’entretient comme une voiture.

Si c’est une activité que l’on pratique uniquement en cas de rupture de parcours, cela peut être compliqué. Le chômage amène bien sûr « à faire le tri » ; c’est une situation qui fait peur à tout le monde et permet de voir sur qui on peut compter. Mais qui, aujourd’hui, n’a pas été en transition ? D’où l’importance de réseauter intelligemment !


LCE : Un cadre qui recherche un emploi dans une société anglophone de renommée internationale peut-il s’adresser à vous ?
M.-A C.-D. : Oui bien sûr. Nous échangerons sur les aspirations de cette personne aussi variées soient-elles.


LCE : Pouvez-vous nous en dire plus sur le déroulement de cette candidature car je pense que l’on peut considérer cela comme une candidature ?
M.-A C.-D. : Une candidature, une offre de services implique une relation de subordination. En l’occurrence, nous sommes dans l’entrepreneuriat clé en mains.


LCE : Est-ce que tout le monde peut « postuler » ou recherchez-vous un profil spécifique ?
M.-A C.-D. : Plus qu’un profil, je recherche une « personnalité ». Toute personne curieuse, ouverte d’esprit, positive, aimant aller vers les autres, voulant devenir actrice de sa vie a sa chance. Des étudiants, des mères de famille, des salariés, des indépendants, des jeunes retraités, pour ne citer que quelques exemples ont la possibilité de s’épanouir dans cette activité.


L.C.E. : Comment fait-on pour vous contacter Marie-Anne ?
M.-A C.-D. : J’ai un profil LinkedIn ouvert. Il est simple de m’envoyer un message.


Interview réalisée le 14 décembre 2017 par Léa Riposa.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces HTML balises et attributs :

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>